Groupe Engendrement

Les 7 attitudes qui fondent la Pastorale de l'Engendrement

Été 2012

Pendant cet été 2012 et suite à la dernière messe, nous proposons un texte paru dans un diocèse sur les 7 attitudes qui fondent la pastorale de l'Engendrement, à laquelle unemesseailleurs est très attaché.

1. RECONNAITRE L’OEUVRE DE DIEU EN CHACUN :
NOUS EMERVEILLER DEVANT LES SURPRISES DE L’ESPRIT

La pastorale d’engendrement part de la conviction que Dieu est à l’œuvre en chaque être. En effet tout homme est «capable de Dieu», parce que créé à son image. Lorsque la communauté chrétienne propose l’évangile, elle éveille les germes du Royaume que Dieu a déjà déposés dans le coeur de celles et ceux à qui elle s’adresse. Cela implique d’affiner notre regard pour savoir reconnaître comment l’Esprit est à l’œuvre au sein de la société contemporaine, de manière parfois totalement surprenante. Il agit notamment chez ceux qu’avec P. Bacq nous pouvons appeler «les hommes et les femmes du Royaume», ces êtres qui, sans appartenir explicitement au groupe des disciples, manifestent dans leur existence quotidienne la manière dont Dieu mène le monde, dans la paix, la justice, la miséricorde et la douceur.
Tout comportement en «surplomb» est donc à bannir car l’engendrement se vit de manière mutuelle, dans l’acte même de la rencontre interpersonnelle: «Les «envoyés» au nom de l’Église, prêtres et laïcs, sont indispensables pour que les personnes prennent conscience des traces de Dieu dans leur vie», mais ils «grandissent aussi dans la vie de Dieu grâce aux relations de réciprocité qui se tissent avec ceux qu’ils rencontrent».
Pour tous les acteurs pastoraux, l’essentiel réside donc dans une aptitude à susciter des relations significatives présupposée à toute autre activité liturgique, sacramentelle ou institutionnelle.

2. NOUS ANCRER DANS LA VIE SPIRITUELLE :
AVANT TOUT UN RAYONNEMENT DE L’ETRE

Les acteurs pastoraux sont invités à devenir comme les «révélateurs» du travail de l’Esprit en chaque être, au sens photographique du terme, c’est-à-dire à favoriser en l’autre l’éclosion de ses possibles les plus propres. C’est par le rayonnement de leur vie intérieure et leur amour fraternel qu’ils pourront répondre à cette mission. «Car ‹Dieu transparaît plus qu’il n’apparaît› (dit le prêtre suisse Maurice Zundel). Au travers de celui, de ceux qui vivent vraiment en Christ, Dieu transparaît. Il se donne à voir. Il peut toucher le cœur. La possibilité de la rencontre intime trouve une figure». L’exigence première est alors de cheminer vers la «sainteté», au sens de la relation intime avec le Christ. Car pour devenir «sacrement» de la rencontre avec Dieu, il convient de chercher soi-même à vivre dans une unité profonde et authentique avec le Seigneur. C’est donc en développant notre vie spirituelle et en misant sur une profonde intériorité que nous serons susceptibles d’être des révélateurs de l’œuvre de l’Esprit dans la vie de ceux que nous rencontrons. C’est en fréquentant le Christ que nous reconnaîtrons «le caractère divin» qui rayonne sur le visage du frère. Cela implique que nous cultivions une intense expérience spirituelle et que nous en soyons habités pour pouvoir en rayonner. La pastorale d’engendrement, c’est une pastorale du parfum, qui donne à sentir la bonne odeur de Dieu.

3. PROPOSER LARGEMENT L’EVANGILE
EN DEVENANT «PASSEURS DE VIE»

La pastorale d’engendrement vise à établir les conditions favorables à une rencontre personnelle de chacun avec le Fils de Dieu. C’est pourquoi il convient de «proposer l’Évangile» le plus amplement possible: «proposer l’Évangile, le lire à plusieurs dans des groupes où les lecteurs sont à portée de voix, se laisser travailler par lui, c’est le coeur d’une pastorale d’engendrement.» Il faut donner largement accès à la Parole, où plutôt la laisser revenir à nous, elle qui «autorise» une multitude de manières de croire. Les récits de l’Évangile offrent une telle panoplie de personnages et de réactions diversifiées qu’ils sont à même de susciter en chaque destinataire une expérience personnalisée du Christ.
Plus fondamentalement c’est à une «conversion intérieure inspirée par l’Évangile» que tout notre agir pastoral est convié, afin d’adopter «un regard évangélique sur la réalité». Il nous faut revenir aux mots de Jésus, à sa façon d’être avec les femmes et les hommes qu’il fréquente, lui que nous voyons entouré de malades, de lépreux, d’infirmes, de mendiants, de publicains, de prostituées, d’enfants, de femmes, d’étrangers… La pastorale prendra alors une «allure évangélique», faite de compagnonnage et de proximité, et deviendra un art, «celui d’aider chacun à vivre à hauteur de sa conscience».

4. FAVORISER L’ECLOSION DES POTENTIALITES DE CHACUN

Dans l’Eglise, les missions sont diverses et complémentaires, de sorte que chacune d’elles a sa spécificité tout en étant en relation avec les autres et à leur service. Chacun est appelé personnellement, dans l’unicité de son histoire, à apporter sa propre contribution pour l’avènement du Royaume de Dieu (cf. Mt 25,14-30). L’accomplissement de cette mission est fondamental pour le plein épanouissement des personnes. Jésus n’a pas attendu que les disciples se portent candidats à la mission.

Dans l’Évangile l’appel apparaît comme prioritaire, il est réalisé avant tout autre signe posé ou tout autre discours. Jésus a appelé chacun personnellement et il continue de le faire à travers nous car c’est précisément le fait d’être appelé qui suscite une liberté responsable et une qualité d’initiative.
Dans cette perspective, le renouvellement des membres actifs est toujours un risque à prendre, mais c’est un risque vital pour la croissance de l’Église. «Appeler donne à l’autre d’advenir, de naître à lui-même». Or toute naissance implique de s’ouvrir à l’inconnu d’un chemin. «Croire c’est faire confiance. Croire engage une relation où l’un n’est pas l’autre mais où l’un n’est pas sans l’autre».
«Selon l’expression de Paul, les chrétiens deviennent ainsi «membres les uns les autres, chacun pour sa part», en mettant les charismes reçus de l’Esprit au service de la communauté et en accueillant les dons accordés aux autres. Ainsi s’engendrent «l’estime réciproque» et «l’affection mutuelle» (Rm 12,4-10), le but étant que «les membres aient un commun souci les uns des autres» (1 Co 12,22-24) et que s’édifie «la maison des relations mutuelles» qu’est l’Église, le corps du Christ (Rm 14,17-19)»

5. DEVELOPPER DES RESEAUX DE RELATION

Comme le dit magnifiquement M. Zundel: «Ce sont les exemples, ce sont les présences qui sont actives et, si nous sommes touchés au profond de nous-mêmes, un jour de notre vie, si nous changeons de direction, si nous nous trouvons au seuil de la nouvelle naissance, si nous sommes vraiment en route vers un moi authentique, c’est presque toujours parce qu’un être sur notre route a été pour nous par le rayonnement même de sa vie un ferment de libération».
Ainsi les réseaux interpersonnels s’avèrent indispensables à notre cheminement spirituel. Chacun a besoin du regard de l’autre pour exister et grandir en humanité grâce à l’échange mutuel. C’est pourquoi une dynamique de l’engendrement travaille en réseau de proximité au sein même des unités pastorales: elle attache une grande importance aux relations en petites fraternités20 et elle valorise les initiatives locales. Elle encourage à adopter une «spiritualité du tricot», consistant à mettre en relation, «en web», ces «microréalisations de l’Esprit» au sein du réseau de la Grande Église favorisant ainsi une spiritualité de communion.

6. DEPLOYER LA RICHESSE SPIRITUELLE DONT L’EGLISE EST PORTEUSE

Annoncer l’Évangile ne se réduit pas à la transmission d’un contenu quel qu’il soit. Il s’agit d’une invitation à entrer dans l’expérience vitale liée à la rencontre de Jésus-Christ. Cette expérience personnelle et communautaire est capable de transformer l’existence entière. Elle est puissance de vie.
La pastorale d’engendrement s’inscrit donc au coeur de la proposition de la foi: les deux perspectives ne s’opposent pas, elles s’articulent l’une à l’autre. Tout en gardant une «liberté d’allure faite d’aisance, de délicatesse et d’un immense respect des consciences, délivré de tout souci de performance», l’engendrement à la foi nécessite que l’expérience soit guidée et confirmée par «des aînés dans la foi»
En ces temps de profonde quête de sens, nombreuses sont les personnes qui, ignorant tout de la tradition mystique du capital religieux de l’Occident, s’en déclarent déçues et mènent ailleurs leur recherche spirituelle. Il importe donc de déployer largement l’expérience spirituelle de la Tradition ecclésiale que nous avons reçue en héritage par la multitude de Pères de l’Église, de saints et de témoins de Dieu car elle est capable d’éclairer le chemin spirituel de tout homme.

7. DEVELOPPER UNE PASTORALE QUI SOIT SIGNE POUR LE MONDE

La pastorale d’engendrement s’appuie sur la considération qu’aujourd’hui encore, Dieu continue de faire naître mystérieusement à la foi au coeur même des questions existentielles les plus brûlantes. Elle sera donc particulièrement soucieuse de se faire proche de l’homme en promouvant le dialogue dans une expression de foi critique et responsable et en faisant entendre dans les débats actuels tout ce que l’Évangile «donne à penser» de neuf. Cela implique d’oser des attitudes nouvelles pour rejoindre les femmes et les hommes de notre temps, quitte à renoncer à ce qui prolonge le passé sans perspective d’avenir, en une «heureuse démaîtrise».
À l’image du Christ la pastorale d’engendrement vise à mettre l’homme debout révélant la dignité humaine de chacun et en favorisant ainsi l’accès des personnes rencontrées à leur humanité authentique: «Dieu vient diviniser ce que l’homme aura humanisé», disait saint Irénée. Nous avons à mettre en oeuvre l’Évangile de la bonté qui rende témoignage de l’amour fou de Dieu pour tous les hommes.