unemesseailleurs

Parole du jour

... pour que, par lui, le monde soit sauvé - Jean 3

Lundi 20 octobre 2014

Messe du 23 juin 2012

St François de Bègles

A. Fossion
À cet égard, ce qui anime et inspire fondamentalement la pastorale d'engendrement, c'est la foi en l'amour inconditionnel et démesuré de Dieu qui engendre. C'est de Lui, comme dit saint Paul, que nous avons dans l'instant présent   « la vie, le mouvement et l'être ». Et ce Dieu qui engendre, qui nous tient aujourd'hui dans  l'existence, nourrit le dessein de nous communiquer la vie en abondance avec notre concours, dans un monde risqué, livré, à la fois, au hasard et à notre liberté. Ainsi, la pastorale d'engendrement se nourrit-elle d'abord de la contemplation de l'amour divin et de son dessein de salut. Selon l'expression ignatienne, il s'agit de «voir Dieu en toutes choses », de voir son action là où la vie jaillit dans sa diversité. Cette contemplation de l'action de Dieu dans le monde conduit à s'émerveiller devant les puissances de vie, d'imagination et de création qui sont présentes au cœur des êtres humains et des diverses cultures. Mais aussi  à compatir, à s'indigner, à résister et à combattre lorsque les personnes ou les peuples ne sont pas respectés, lorsque l'injustice, le mal et la souffrance semblent l'emporter. En ce sens, la pastorale d'engendrement commence lorsque, pour reprendre une phrase bien connue de Vatican II, « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ ». Contemplation, émotion et action vont ici de pair : voir Dieu en toutes choses conduit à se laisser émouvoir - de joie comme de peine – par les situations humaines dans lesquelles on se trouve plongé. Et l'émotion elle-même, comme le mot l'indique, fait « sortir de soi », invite à se mouvoir, entraîne à l'action…

C'est pourquoi on peut dire que la pastorale d'engendrement s'inscrit dans l'optique évangélique des semailles. Les paraboles évangéliques des semailles conviennent bien, à cet égard, pour la figurer. D'abord, avec l'image de la semence, on est dans le régime des (re)commencements, des questions simples et élémentaires que posent l'existence, mais qui peuvent produire de grands fruits comme le grain de moutarde qui devient un grand arbre (Mt 13,31). La pastorale d'engendrement, en effet, a le plus souvent affaire à des questions simples, élémentaires, mais qui sont aussi des questions ultimes et décisives pour la vie : Puis-je avoir foi en la vie ? La mort a-t-elle le dernier mot ? Faut-il répondre par la violence à la violence ? Les semailles ont besoin de semeurs.  L'évangélisation aussi, elle a besoin de témoins. Mais ce n'est pas celui qui sème qui donne la croissance ou même récolte la moisson : « Le semeur est sorti pour semer. Qu'il veille ou qu'il dorme, la semence germe et grandit, et il ne sait comment » (Mc 4,26-27). Quant au fruit de la semence, il est toujours inattendu en quantité comme en qualité. Les paraboles des semailles nous rappellent ainsi que l'évangélisation ne s'effectue pas sous le régime d'une production que l'on maîtrise mais d'une émergence que l'on sert. Dans une pastorale d'engendrement, le témoin est appelé à s'effacer pour laisser advenir autre chose que lui-même. Il n'arrête pas le mouvement de la vie à lui-même, mais il s'efface en la servant, en  la laissant passer toujours neuve, inattendue, imprévisible, au-delà de lui-même. « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit » (Jn 12,24). Dans une pastorale d'engendrement, il faut aussi savoir prendre patience, ne pas vouloir l'achèvement tout de suite, accepter des situations mélangées, ne pas étouffer les bonnes pousses sous prétexte qu'elles se mêlent aux mauvaises herbes. « Ne ramassez pas l'ivraie de peur de déraciner le blé avec elle. Laissez l'une et l'autre croître jusqu'à la moisson » (Mt 13,29-30).


Maurice Zundel
Toutes nos activités sont à quelque degré interchangeables, et la plupart pourraient être accomplies par des machines. L'acte irremplaçable, c'est le rayonnement de l'être, le sourire de la bonté, l'élan du cœur : tout ce qui vient du dedans, en la gratuité du don. C'est par là que tout être est nécessaire, que toute vie est infinie: le pain qu'on achète et qu'on vend peut être le symbole d'une communion si les mains qui se touchent et les regards qui s'affrontent laissent passer la lumière des âmes.
N'est-ce pas notre suprême détresse que tant de richesses humaines se perdent, que tant d'êtres ne soient qu'unités dans un nombre, que tant de visages portent ce masque anonyme qui les conforme à leur milieu ?
Ah ! Pouvoir être soi-même enfin, comme on doit être devant Dieu, sans refouler son âme, et sans mentir à l'Infini dont on porte en soi l'implacable exigence !
Il nous appartient en tout cas de ne pas imposer cette contrainte aux autres, en les entourant de tant d'humilité et de tant de respect, de tant de bonté et de tant d'amour, qu'ils découvrent leur âme et qu'ils osent l'exprimer. Il n'y a pas d'œuvre plus grande que celle-là, il n'y en a pas de plus nécessaire. Ce n'est que sous les auspices de sa dignité recouvrée que l'homme reconnaîtra, dans son esprit, le sanctuaire d'une Présence mystérieuse.


Vos contributions

#1   Hubert, le jeudi 27 septembre 2012 à 23:15

Je suis heureux de retrouver la communauté d'unemesseailleurs la semaine prochaine. Je me suis permis d'inviter du monde autour de moi... Occasion de parler de ma foi, pour une fois !

Je vous invite à ne pas hésiter à faire cette démarche, même si "inviter à venir à la messe" peut paraître surprenant.

Marchons !

#2   Isa, le lundi 17 septembre 2012 à 17:13

Ce dimanche, quelle belle lecture de Jacques : "Moi, c'est par mes actes que je te montrerai ma foi."

Mettre la Parole en actes après l'avoir entendu au plus secret du coeur. Ou mieux, d'après ce que j'ai pu comprendre de l'Engendrement, reconnaître dans mes actes la Présence du Dieu Vivant... Voila un beau programme d'année.

J'espère qu'unemesseailleurs nous aidera sur ce chemin comme l'an dernier.

Au 6 !

#3   une lectrice d'été, le mercredi 05 septembre 2012 à 17:48

Cet été, une grosse chaleur m’a incitée à rester à la maison aux volets fermés et à lire. Ce faisant, je tombe sur l'article ci-après de Erri de Luca qui donne un bel éclairage, semble-t-il, à une scène évangélique bien connue pourtant. Je vous en fait part !

"C'est surtout la circonstance qui entoure la phrase qui est stupéfiante. A Jérusalem, une femme coupable d'adultère est conduite vers le lieu de son exécution pour être lapidée. Le tribunal de la capitale, la plus haute instance juridique, a émis la sentence. Mais la procession avec la condamnée, se trouve sur le chemin de Jésus. Le cortège s'arrête et l'interroge sur cette condamnation à mort. Il est stupéfiant de voir qu'on demande au dernier passant, à un étranger qui plus est, car Jésus est de Nazareth, ville de Galilée, un homme de ce nord d'Israël si peu apprécié. Cette civilisation juridique admettait la peine de mort, mais tentait jusqu'au dernier moment de l'annuler. La deuxième source de stupéfaction est la réponse de l'interrogé; "celui d'entre vous qui est sans faute, jettera la première pierre." Sans faute: la langue grecque de Jean n'a pas la notion de péché: anamartètos, qu'on traduit par "sans péché" signifie en revanche "infaillible". Alors Jésus dit, que pour exécuter une sentence, il faut s'arroger la primauté de l'infaillibilité. C'est ainsi qu'il désarme et rend illégitime, non pas la sentence, mais ses exécuteurs. C'est un coup de génie qui me laisse encore bouche bée, un applaudissement au cœur."

#4   MA, le mercredi 05 septembre 2012 à 07:57

Je viens de prendre connaissance du nouveau site. Garder en mémoire les textes des différentes célébrations et rencontres, pour pouvoir les revisiter, m’apparaît important. En ce qui me concerne, j'avais loupé ceux des premières célébrations et j'apprécie de les retrouver. Le regroupement des réactions et commentaires, en écho aux échanges de chaque groupe, aura l'avantage, me semble-t-il, de permettre une lecture focalisée sur un thème donné, sans éparpillement. Voilà donc le remaniement du site qui avait été annoncé; je pense qu'il emportera l'unanimité. Au 6 Octobre !

#5   Manu, le lundi 03 septembre 2012 à 10:49

Je suis heureux de voir que les activités d'unemesseailleurs vont reprendre. Merci pour ce nouveau site super clair. J'ai aimé aller dans la bibliothèque pour voir les messes où je n'ai pas pu aller l'an dernier.

Il me tarde d'avoir la prochaine date. VITE !

#6   Ricardo, le mardi 10 juillet 2012 à 00:19

Chantez avec joie et adorez le Seigneur car ll est notre Dieu. Chantons-le, bénissons son Nom car l'Eternel est bon, sa bonté dure toujours et sa fidélité de génération en génération.

#7   Michel, le mercredi 27 juin 2012 à 00:50

L’Évangile de Dimanche dernier, en la fête de Jean-Baptiste m'a éclairé. Il ne s'appellera pas Zacharie comme son père, son grand-père ou arrière grand-père... Il s’appellera Jean, "Dieu fait grâce".

Ne pas revenir sur "le bon vieux temps" dans une nostalgie du passé mais avoir foi en l'avenir en nommant tout futur "Dieu fait grâce".

Cette fête me redonne l'ESPERANCE. Car l'avenir prépare aussi le chemin du Christ.

Marchons alors sans crainte

Merci

#8   Léa, le vendredi 22 juin 2012 à 23:56

Moi aussi, je fredonne depuis une semaine : "Te voir, Seigneur en toute chose". C'est fou de voir combien un chant peut transformer un regard sur un évènement, une situation. J'aimerais vivre de ce regard positif que Dieu porte sur chaque femme et chaque homme...

"Et voir, Seigneur, toute chose en Toi !"

Merci

#9   Modérateur, le mercredi 20 juin 2012 à 17:25

Chère MM,

tous les textes demandés sont sur la page d'accueil du site.

Bon été et en communion

#10   MM, le mercredi 20 juin 2012 à 15:55

Se dé-centrer, se dé-placer pour célébrer l'Eucharistie ensemble mais ailleurs..., si possible en rejoignant une communauté paroissiale comme samedi, pour que d'autres puissent bénéficier de "l'expérience"...

Et puis, relire la Parole partagée, expliquée, et prolongée grâce aux 7 propositions énoncées samedi et que nous pouvons "ruminer" tout l'été, avant un nouveau départ en septembre...

Je ne sais pas vous, mais moi, je me retrouve vraiment bien dans "une messeailleurs", et depuis samedi je n'arrive pas à sortir de ma tête le chant :

"Te voir Seigneur en toute chose,

Et voir, Seigneur, toute chose en Toi.

Donne-moi, Seigneur, ta lumière,

Donne-moi, Seigneur, tes yeux"

PS : Pourrait-on avoir le texte d'Emmanuel ou les références ?

#11   valérie G, le lundi 18 juin 2012 à 22:16

J'ai découvert ce joli poème de Yves Prigent que j'aimerais partager avec vous :

"Que fais-tu dans le port,

Regardant l’océan ?

Point de repos encore,

Le travail est pressant.



Aurais-tu oublié,

Le but de ta mission ?

Ne restes pas couché,

A dit le grand patron.



Il faut prendre la mer,

En jetant le filet ;

Quitter son univers,

Et être toujours prêt.



Contrôles ton matériel !

Faut-il le réparer ?

Pour porter la nouvelle,

A tous les délaissés.



C’est parfois difficile,

De transmettre la vie ;

Toute démarche est stérile,

Sans l’aide de Jésus-Christ.



Et si le vent se lève,

Sur ton embarcation ;

Ne te mets pas en grève,

Mais poursuis ton action.



Tu es, pêcheur d’hommes,

Pour ta génération,

Celui qui se donne ;

Pour sa libération."



Il résume assez bien ce que signifie pour moi cette "messe ailleurs " et ce à quoi nous sommes invités à devenir dans notre vie de tous les jours. Notre foi et notre croyance ne doivent pas être "tièdes", sans conviction. A l'image de cette petite graine de moutarde, puisse notre foi grandir de jour en jour afin qu'animés de cette force qu'est l'amour de Dieu nous puissions répandre autour de nous cette joie qui nous habite, de nous savoir aimés. Cette joie était bien présente samedi soir, elle sortait sous forme de notes de musique de la bouche de nos deux merveilleux chanteurs, elle était présente au bout des doigts de nos trois musiciens qui ont été formidables mais cette joie sortait surtout de nos coeurs à TOUS. Dans le fond, le bonheur est très simple; une église bien remplie, un prêtre souriant, des chanteurs et des musiciens très motivés et une bande de "Co-pains " ( personnes partageant le pain de la vie ) cela suffit pour poursuivre notre route. Remercions également Emmanuel pour le merveilleux texte qu'il a bien voulu partager avec nous et pour toute l'émotion que nous avons pu ressentir à chaque phrase qu'il vivait en même que celle ci sortait de sa bouche. Samedi, nous sommes ressortis une fois de plus de cette "messe ailleurs " certains que " nous pouvons tout par celui qui nous fortifie" et même si notre foi n'est encore qu'une petite graine de moutarde, ayons la certitude que chaque jour, celle ci Croît en nous à chaque fois que nous nous tournons les uns vers les autres. N'oublions pas que nous portons tous en nous la vie du Christ ressuscité, alors osons rayonner cette espérance, cette confiance et rappelons nous que c'est aussi cette toute petite graine de moutarde qui va permettre à la moutarde de "relever" les aliments, de leur apporter ce "piquant" qui leur manquait... Que Dieu nous donne cette même force afin que nous aussi puissions nous "relever" les uns, les autres et n'oublions pas de semer nos joies, nos rires notre bonne humeur afin d'apporter nous aussi du "piquant" dans notre vie et celles des autres... Bonne marche à nous tous ici ou ailleurs...

#12   Mart., le dimanche 17 juin 2012 à 23:13

« Elle aimait ce lieu. Elle aimait cet air si transparent, par lequel tout était plus proche. Elle aimait cet air si vif, où tout s'entendait davantage…. Elle ressentait le besoin de reconnaître tout ce qu'elle avait découvert du monde, ici… » (Pascal Quignard dans les Solidarités mystérieuses ) Voilà un peu ce que je retiens de cette année vécue avec vous tous dans unemesseailleurs et dans les groupes engendrement et Marlière !!

Et toujours en citant P.Quignard… « marcher fraie quelque chose dans le lieu, fore quelque chose dans le temps… chaque pas argumente, chaque pas amène une question qui s’ouvre dans ma tête »…

Voilà pourquoi tous nos pas de cet été, où que nous soyons, sur le sable mouillé ou sur la terre sèche et rocailleuse de nos chemins nous porteront vers une méditation de cette parole partagée pendant des mois.

J’ai hâte de nous retrouver en septembre tous porteurs de projets pour faire vivre le site et que le mouvement perpétuel qui anime nos esprits et nos cœurs ne s’arrête pas de façon à ce que d’autres aient la chance de le découvrir…

#13   Isabelle, le dimanche 17 juin 2012 à 12:49

Merci Emmanuel pour ce texte magnifique et la manière dont tu nous l'as offert. C'est incroyable comme je suis réceptive aux résonances qu'offrent tous ces textes.

C'est la première fois que j'ose écrire sur le site. Et je voudrais témoigner de mon nouveau départ dans la foi sur le chemin d'unemesseailleurs. La foi ? Pour moi, c'est sûr, elle est d'ailleurs !!!

Merci et bon été... en MARCHANT !

#14   flo, le dimanche 17 juin 2012 à 10:05

Je me précipite dès mon retour sur les commentaires de l’après messeailleurs. Je n'y étais pas mais j'étais avec vous tous. J'aime l'idée de ce partage qui rend chacun heureux, ces liens tout sauf éphémères qui se créent même si l'on est absent. À quand la retransmission intégrale de ces messes ailleurs ?

Une idée m'est venue après les psaumes à la chapelle de la Madeleine, se retrouver entre 12h30 et 13h30 une fois par semaine dans une église de Bordeaux pour un moment de prière. J'ai du mal à faire les choses seule et quand on est plusieurs rassemblés en son nom, "Il est la au milieu de nous". Merci et encore des commentaires sur la messe d'hier SVP

#15   Hubert, le dimanche 17 juin 2012 à 08:12

J'ai beaucoup aimé la proposition d'articuler la "Prédication SUR Jésus" et la "Prédication DE Jésus". Parler de Lui et Le laisser parler. Cette intuition va sûrement m'habiter ces prochaines semaines. Comment est-ce que je parle de Lui ? Est-ce que ce que JE dis de Lui est fidèle à ce qu'IL dit, en particulier dans les paraboles ?

La parole d'Irénée aussi, "Dieu vient diviniser ce que l'homme aura humanisé", me remplit de joie. Je rejoins une asso demain dans laquelle je suis investi depuis des années et qui, je crois, est au service de cette humanisation. Et si Dieu...

Bien fraternellement

#16   DA, le samedi 16 juin 2012 à 23:12

Quel moment de prière en église! Comment le dire à d'autres ! Nous étions tous heureux à la sortie, avec un regard positif sur le monde sur l'homme en Dieu.

#17   henry, le samedi 16 juin 2012 à 22:24

Sortie de la messe ailleurs de ce jour célébrée au sein de la communauté de Bègles touchée par le partage de la parole avec les nomades: Ce partage,nouveau, paraît important, la communauté a été remuée par la vitalité de l'assemblée, les nomades ont élargi leur communauté. Nous avons, une fois de plus, ressenti trés fort ce qui nous rassemble: le partage de la parole et de l'Eucharistie par une communauté vivante, fraternelle, renouvelée et inspirée. Parmi les moments forts, la reprise des textes du jour au travers des prismes des groupes Marlière, Esras et engendrement, les 7 commandements de la pastorale de l'engendrement qui doivent nous engager (à mettre sur le site et le bouquet final par Emmanuel dont nous attendons le texte sur le site.

Nous sommes nourris pour l'été avec la douce obligation de continuer à dialoguer sur le site et à nous préparer à changer de braquet l'année prochaine. Pas de vacances pour une messe ailleurs.

Les messages sont fermés pour cette page.

Date


    

à 18 h. 30  

Lieu


     

Adresse


 

 

Invitez largement vos liens... 
Donnez rendez-vous à vos amis...
Venez, et Voyez !

 

Newsletter Unemesseailleurs


      ▶ Inscription / Désinscription

 

LA PASTORALE D'ENGENDREMENT

L'expérience Unemesseailleurs prend sa source dans les intuitions qui animent la pastorale de l'Engendrement.

Vous trouverez les textes références en suivant ce lien :

      ▶ Bibliothèque de l'Engendrement