Partage de textes

St Léon le Grand

Celui donc, bien-aimés, qui a pris une véritable et entière nature humaine, a pris vraiment les sens de notre corps, les sentiments de notre âme. Ce n’est pas parce que tout en lui était plein de grâces et de miracles, qu’il a dû pour autant pleurer de fausses larmes, simuler la faim en prenant de la nourriture, ou feindre le sommeil en paraissant dormir. C’est dans notre humiliation qu’il a été méprisé, dans notre affliction qu’il a été attristé, dans notre douleur qu’il a été crucifié. Car sa miséricorde a subi les souffrances de notre état mortel afin de les guérir, sa force les a acceptées afin de les vaincre.

Léon le Grand (V°), Sermon 58, 7e sur la Passion

 

Nicétas de Remesania

Corps qui est l’Eglise

Après avoir confessé la Trinité bienheureuse, tu confesses croire la sainte Église catholique. L’Église est-elle autre chose que la congrégation (la vocation) de tous les saints ? Depuis le commencement du monde, en effet, les patriarches, Abraham, Isaac et Jacob, les prophètes, les apôtres, les martyrs, tous les justes qui furent, sont et seront, forment une seule Église : car, sanctifiés par la même foi et la même vie, marqués par le même Esprit, ils deviennent un seul corps. De ce corps le Christ est la tête. Crois donc que c’est dans cette unique Église que tu obtiendras la communion des saints. Sache qu’elle est l’unique Église catholique, diffusée par toute la terre, dont tu professes retenir fermement la communion.

Nicétas de Remesania, évêque vers l’an 400

Vatican II

Corps qui est l’Humanité rassemblée

Tous les hommes sont appelés à faire partie du Peuple de Dieu. C’est pourquoi ce Peuple, demeurant un et unique, est destiné à se dilater aux dimensions de l’univers entier et à toute la suite des siècles pour que s’accomplisse ce que s’est proposé la volonté de Dieu créant à l’origine la nature humaine dans l’unité, et décidant de rassembler enfin dans l’unité ses fils dispersés [...].

Ce caractère d’universalité qui brille sur le Peuple de Dieu est un don du Seigneur Lui-même, grâce auquel l’Église catholique, efficacement et perpétuellement, tend à récapituler l’humanité entière avec tout ce qu’elle comporte de bien sous le Christ chef, dans l’unité de son Esprit.

Vatican II, Lumen gentium,n° 13